Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > FR > Recrutement > Offres de thèses

Contrôle du destin cellulaire par le stress oxydant

par Johanna Leclercq - publié le

Titre du projet de thèse :
Contrôle du destin cellulaire par le stress oxydant


Directeur de thèse : Benjamin PFEUTY (HDR)
Nom du co-encadrant ou co-directeur de thèse : Francois ANQUEZ


Laboratoire d’accueil : PhLAM


Co-financements envisagés : AAP Région, Ecole Doctorale SMRE


Programmes éventuels de rattachement : CPER P4S, LABEX CEMPI


Résumé du projet de thèse :
Un organisme vivant en général et une cellule humaine en particulier sont continuellement exposés à des sources de stress multiples et variés. Ces stress peuvent induire diverses réponses cellulaires allant de l’adaptation, la sénescence, l’apoptose, la nécrose ou la dédifferenciation.

Le sujet de la thèse est de mieux comprendre les caractéristiques du stress et les mécanismes intracellulaires qui « décident » du type de la réponse et du destin de la cellule, avec in fine l’objectif d’élaborer des stratégies pour contrôler le destin cellulaire en jouant sur le profil de stress. Nous focaliserons sur le cas du stress oxydant qui impacte la cellule à plusieurs niveaux de son métabolisme, et nous utiliserons principalement des approches computationnelles couplées à des approches expérimentales développées aux laboratoires.

Il sera tout d’abord nécessaire d’identifier les mécanismes métaboliques et fonctionnels d’adaptation qui permettent à la cellule de réduire et contenir les effets délétères des espèces réactives oxydantes (EROs). Il sera ensuite question d’évaluer plus largement le rôle de signalisation des EROs dans les voies d’activation de la mort cellulaire, de la prolifération cellulaire mais aussi de la différenciation cellulaire. Une attention importante sera portée à la variabilité des réponses que ce soit entre cellules identiques ou entre cellules saines et cancéreuses. Enfin, ces études computationnelles seront mises à profit pour tester expérimentalement notre hypothèse de travail : Est il possible de contrôler le destin cellulaire en jouant sur le profil du stress oxydant et sa combinaison avec d’autres types de stress ? Répondre à cette question permettra de guider l’élaboration de stratégies anticancéreuses ciblant la régulation des EROs.